JLJ Amat

 

jljamat@hotmail.com

 

 

 

Histoires de la dame qui...

 

 

 

L’auteur a accepté de publier ici l’une de ces neuf Histoires.

 

Celle-ci est précédée de la Préface qu’il m’avait demandée  à l’époque où il la proposa à deux éditeurs (il s’arrêta à deux refus), et du sommaire de l’ouvrage.

 

Histoires de la dame qui... est toujours inédit à ce jour.

 

  

 

 

    Préface

 

 

 

Une certaine dame Qi

 

 

 

 

 

Quand j’ai entendu la première fois le titre Histoires de la dame qui..., j’ai pensé qu’il s’agissait de l’histoire au singulier d’une femme chinoise prénommée Qui.

 

Puis je me suis souvenu que le son Qui (ki) n’existait pas dans cette langue, le plus proche étant Qi, qui se prononce tch’i,  que donc ce prénom féminin s’il existait serait plutôt Ch’i, lequel désigne à la fois une pierre précieuse de couleur blanche ou un jade précieux, et aussi l’excellence ou la rareté, un prénom flatteur sans aucun doute.

 

Bref l’excellente dame Qi devait avoir une non moins rare histoire pour que l’auteur la décline en neuf chapitres aux titres aussi surprenants que La dame qui coupa les deux mains de son amour ou, plus inattendus encore, La dame qui apprit l’anglais avec un doigt ou La dame qui flatulait.

 

En recevant le tapuscrit, je vis que je m’étais trompé sur toute la ligne. Foin d’une seule dame, et foin de sa vie en neuf chapitres. C’étaient neuf dames et neuf vies de dames. Plutôt des aventures que des vies, en outre sans rien de pur ni de rare, foin du jade précieux.

 

La dame Qi n’était pas Jade, tout juste un pronom relatif.

 

 

 

Pourtant, au fur et à mesure de la lecture, quelque chose de l’intrigant décalage que faisait espérer le titre revenait.

 

Toutes ces femmes glissaient.

 

Elles glissaient peut-être parce qu’elles étaient légères et volages, mais aussi parce que le sol qu’elles foulaient, notre sol à tous, celui d’aujourd’hui, était glissant.

 

Les mots même, dans ces huit chapitres, sont glissants. Il y a, dans les plus courants et les plus simples, du sens qui fuit partout dans les mots. La vie fuit, l’amour fuit, les mots se coupent bizarrement, on les entend mal, ou bien, ils courent après l’amour et la vie, c’est glissant.

 

 

 

Les hommes de ces femmes-là les regardent glisser éberlués. Eux ont en commun de ne pas bouger, ou à peine, pas suffisamment en tout cas pour les retenir. Les retenir de tomber ou, à chaque histoire, de leur échapper et de les laisser seuls. C’était avant, me semble-t-il, il n’y a pas si longtemps, la plainte et le destin amoureux des femmes.

 

 

 

Ces femmes donc, glissent. Elles glissent non seulement dans chaque histoire mais aussi d’une histoire à l’autre et, lorsque je lus la dernière, je compris que je ne m’étais pas trompé de beaucoup : leur existence était un lent dérapage jusqu’à la glissade finale où le pied perd définitivement le contact avec le sol.

 

 

 

Sont-elles neuf ? Personnellement, je ne le crois pas. Peut-être deux, peut-être trois. Cela reste le secret de l’auteur.

 

Est-ce qu’il m’en voudra si je livre cette confidence qu’avant de solliciter cette préface il avait songé à une dédicace ? 

 

A celle qui sait qui est qui.

 

Ce qui ne signifie pas qu’il n’y en ait qu’une.

 

Finalement, il l’a reprise. 

 

A mon humble avis, il a bien fait.

 

                                                                                           J.G.

 

 

 

 

 

 

 

Sommaire

 

 

 

1-  Histoire de la dame qui aimait avec son cœur mais pas avec ses pieds, p.2

 

 

2-  Histoire de la dame qui apprit l’anglais avec un doigt, p.8

 

 

3-  Histoire de la dame qui coupa les deux mains de son amour, p.13

 

 

4-   Histoire de la dame qui était au balcon ou qui n’y était pas, p.18

 

 

5-  Histoire de la dame qu’on devait attacher pour qu’elle s’attache, p.23

 

 

6-   Histoire de la dame qui flatulait, p.30

 

 

7- Histoire de la dame qui avait la passion de rompre, p.37

 

 

8-  Histoire de la dame qui voulait qu’on écrive sur elle, p.46

 

 

9-   Histoire de la dame qui se pendit à mon cou, p.59

 

 

Histoire de la dame qui apprit l'anglais avec un doigt

Histoire de la dame qui apprit l'anglais
Document Microsoft Word 35.7 KB

Liens éditeurs